Transformation numérique & conduite du changement : et le travail dans tout ça ?

  • Enjeux

Les évolutions amenées par l’introduction des technologies et de la culture numériques sont rapides et impactent le travail. Comment les projets de transformation numérique des organisations intègrent-ils les enjeux de conduite du changement et anticipent-ils les impacts sur le plan humain ? Quelles sont les bonnes questions à se poser ? Assia Milan, chargée de mission à l’Aract Normandie, nous livre ici quelques éléments de réponse.

Les évolutions amenées par l’introduction des technologies et de la culture numériques – dématérialisation, digitalisation, automatisation, systèmes d’information, cobotique, robotique, intelligence artificielle… – sont rapides. Elles impactent à la fois l’organisation du travail, les pratiques de management, les modes de coopération, le développement des compétences, les parcours professionnels des salariés comme des indépendants, etc.

Des études sur l’impact du numérique qui se multipient…

Les études sur l’impact du numérique se multiplient ces dernières années. Des plus récentes en lien avec les impacts en termes de compétences, formation, recrutement et accompagnement se développent en région : rapport du Ceser Normandie en novembre 2017 sur le numérique en formation, étude prospective sur les compétences numériques commanditée par la Région en cours de finalisation, diverses études sur les impacts du numérique par filières publiées par le pôle numérique de la CCI Normandie, évolution de la demande des entreprises concernant des tendances technologiques ou organisationnelles dans l’industrie et le bâtiment par l’Apec et le CESI, pour n’en citer que quelques unes.

 

Les impacts concrets de la transformation numérique sur le travail restent pour autant à investiguer : des effets sont observés et leur ambivalence est mise en exergue, entre opportunités pour les salariés de travailler avec plus de flexibilité, d’autonomie et de coopération d’une part, et émergence de nouvelles contraintes telles que l’intensification du travail ou l’hyper-rationalisation d’autre part.

 

 

Plus que la transformation numérique en elle-même, la façon dont celle-ci est menée aura des conséquences possibles sur la santé des salariés et la performance des organisations.

 

Des questions à se poser pour mieux prendre en compte le travail et innover

 

A l’instar de tout projet de transformation, les projets de transformation numérique n’échappent pas à la complexité des enjeux de conduite du changement et de l’anticipation des impacts humains et sur le travail.

 

 

Ce sont des questions concrètes qui se posent à la fois aux dirigeants d’entreprises et représentants du personnel, aux consultants et organismes qui accompagnent les entreprises dans ces transformations :

 

  • A quel moment et comment impliquer les salariés ? Quelle place des managers pour soutenir et accompagner les équipes ? Comment les soutenir dans ce rôle ?

 

  • Quel impact du numérique sur l’activité même de management ? E-management, évolution des modes de pilotage et de reporting, management à distance, évolution des relations de travail et des modes de communication, sont autant de sujets à investiguer.

 

  • Comment ces transformations vont-elles faire évoluer les ressources humaines ? Quels besoins en termes d’évolution des compétences et de formation ? Cela pose la nécessité d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ainsi que l’intégration de ces impacts sur la politique et stratégie de recrutement. La réflexion doit également permettre de construire des mobilités et évolutions professionnelles qui n’excluent pas les salariés plus âgés ou ne clivent pas les générations entre elles, tout en portant un autre regard sur la notion de compétence transférables et transversales en lien direct avec les situations de travail.

 

  • Comment ces transformations vont-elle impacter l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’organisation ? L’idée est de faire des projets de transformation numérique une opportunité pour améliorer l’égalité professionnelle et éviter que celle-ci bien ne se détériore. Or, le regard des impacts des transformations sur le genre n’est pas souvent intégré.

 

Les offreurs de solutions n’échappent pas à ces questions : comment intégrer au mieux les besoins du client en tenant compte le mieux possible des questions du travail et des impacts que cela soulève en termes de conduite du changement, d’appropriation et au final de réussite de la solution ?  Comment innover et enrichir son offre de services et/ou sa solution en anticipant les besoins des clients et en les accompagnant au mieux, au-delà des aspects techniques ?

 

 

Porter une attention à la démarche projet plus qu’à l’outil en tant que tel

 

La très forte dimension technique de ces projets de transformation numérique vient souvent masquer ce qui apparaît dans un second temps comme un projet de transformation beaucoup plus large et profond de l’entreprise. Le risque est de porter le regard sur « l’outil » et la technique, en accordant une importance moindre à la conduite de projet et aux impacts à la fois stratégiques globaux tout comme opérationnels concrets.

 

Les études sur l’impact du numérique ne manquent pas. Pour autant, la prise en compte du facteur humain et du travail, vecteur à la fois de qualité de vie au travail et de performance, reste encore trop souvent le parent pauvre des conduites de projet, intervenant encore tardivement dans celle-ci ou prise en compte difficilement car complexe.

 

Les offreurs de solution n’intègrent pas nécessairement ces dimensions dans leur offre de services ou dans leur modalité d’intégration de leurs solutions chez leurs clients. Certains seront d’ailleurs confrontés à des difficultés d’appropriation et/ou déploiement de leurs outils dans la durée. Un certain nombre d’entreprises commence à intégrer une brique « conduite du changement », ou « change » dans leur gestion de projet, mais ce n’est pas encore majoritaire. Différents cabinets de conseils interviennent également pour accompagner les structures dans ces transformations, mais les enjeux d’implication des salariés et de prise en compte du travail réel ne sont pas toujours outillés.

 

Le constat est qu’il n’existe pas une façon de faire, ni de solution type. Tout l’enjeu réside dans l’innovation et dans l’expérimentation, le partage des pratiques et des expériences des uns et des autres, les regards croisés entre entreprises, conseils, offreurs de solutions, autant sur les succès que les échecs, pour apprendre collectivement sur la façon de mener au mieux ces transformations numériques.

 

 

Le Transformateur Numérique normand, qui se tiendra au Dôme – à Caen – les 13 et 14 décembre 2018, a pour objectif d’offrir à 14 porteurs de projets de transformation numérique, deux jours d’accélération, afin d’interroger et d’enrichir leurs projets sur ces aspects de conduite du changement et plus particulièrement dans la prise en compte du facteur humain et du travail. La dynamique collective tient à la fois grâce au soutien et aux apports d’une équipe d’animateurs.trices expert.e.s aux profils complémentaires – économiste, sociologue du travail, ergonome, spécialistes du dialogue social -, tout comme l’échange entre participants, qu’ils soient structure concernée par une transformation numérique, offreur de solution ou conseil accompagnant les entreprises.

Au-delà de ces deux jours d’accélération, c’est une véritable mise en réseau, une orientation vers des dispositifs d’accompagnements régionaux adaptés qui est proposée. La perspective de la participation à un club pérenne afin de continuer à partager ses pratiques et s’enrichir dans la durée sera portée par les partenaires normands du Transformateur.

La Région Normandie, l’Agence de Développement pour la Normandie, la Direccte Normandie, la Direction Régionale aux Droits des Femmes et la filière Normandie (DRDFE), Web Experts (NWX) ainsi que d’autres partenaires régionaux portent cette action et permettront ainsi de mobiliser et valoriser l’écosystème et contribuer à favoriser une synergie régionale.

 

Pour en savoir plus sur cet appel à projets et postuler >>> cliquer ici

 

 

Assia Milan, Chargée de mission Aract Normandie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visite. En savoir plus (site CNIL)

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer